Comment fonctionne une imprimante 3D ?

Tech
coeur imprante 3d

Aujourd’hui, il existe plusieurs types d’imprimantes 3D disponibles sur le marché, Mais ces imprimantes ne fonctionnent pas de la même manière. Il y a plusieurs techniques à employer pour aboutir à une impression en trois 3D. Des entreprises françaises les utilisent pour aider les animaux, d’autres pour aider à la rémission des os, etc. Cependant, le principe ne diffère pas et le résultat reste le même, quelle que soit la technique utilisée. Dans cet article, voici deux manières pour faire fonctionner une imprimante 3D.

1- Fonctionnement par le dépôt de la matière

Pour faire aboutir cette procédure, vous avez besoin de quelques éléments tels qu’une imprimante 3D, un fichier de format STL, un ordinateur, un logiciel de transfert des indications et de consommables. Il faut retenir que le principe de fonctionnement pour toutes les imprimantes 3D reste l’alignement des couches l’une sur l’autre en fonction des coordonnées fournies.

cat-armor-3d-print

Dans le cas de la technique par dépôt de matière, le filament reste l’élément très important. Comment fonctionne cette technique ? Elle consiste à disposer sur les couches déjà superposées un filament. Ensuite, alors que la température du plateau chauffant augmente, le filament, qui peut être en matière PLA ou ABS, commence par fondre. Et à 200 °C, la fonte du filament est totale.

Ensuite, en fonction de la longueur, la largeur et la hauteur de l’objet à imprimer en 3D, la tête de l’impression transfère le fichier 3D (STL ou OBJ) contenant le modèle 3D de l’objet. Ainsi au bout de ce processus l’objet est finalement obtenu en 3D. Par ailleurs, la matière de filament utilisé est souvent soit en PLA ou en ABS. Mais pour toujours perfectionner l’impression en 3D, des filaments métalliques (bronze, cuivre…) sont présents. Ce qui étend l’usage de l’imprimante 3D à plusieurs autres domaines.

2-La solidification par la lumière ou la stéréolitographie

Cette méthode de fonctionnement est la première utilisée en son temps à l’avènement des imprimantes. Elle consiste à rendre plus solide, à travers une projection laser, la substance photosensible ultraviolette. Comment ça marche ? Pour les imprimantes qui fonctionnent par cette technique, ces dernières doivent remplir quatre conditions.

La première est qu’elle doit disposer d’un réservoir bourré de la substance photopolymère. La deuxième est que l’imprimante doit subir une projection de rayonnement ultraviolet d’un laser. La troisième condition consiste à perforer le support d’impression et relier la zone perforée au réservoir. La dernière condition est donc l’établissement de la connexion de l’imprimante et du laser avec un ordinateur qui va tout piloter.

Une fois ces conditions acquises, dans un premier temps, l’imprimante 3D procède à l’analyse du fichier CAO. Ensuite, depuis l’ordinateur, une fixation du rayon laser est rivée sur l’objet à imprimer afin d’éviter une déformation lors d’impression.

Par la suite, au fur et à mesure que les minutes avancent, la fixation du rayonnement laser s’intensifie sur l’objet et la couche. Ce rayonnement fait s’écrouler ces derniers. Après avoir totalement fondu, une seconde couche est générée. Cette dernière est également repérée par le rayonnement de laser qui lui colle l’objet fondu et lui fait subir le même phénomène que la première couche.

Suite à la troisième reprise de ce phénomène, l’objet est à présent fabriqué, mais déversé d’abord dans le réservoir. Quelques minutes après, il refait surface en trois dimensions sur le plateau chauffant. Et selon les expériences, l’impression en 3D réalisée par la stéréolithographie est toujours de meilleure qualité.

Découvrez aussi notre article qui explique comment choisir une batterie de voiture